L’allergie en particulier aux acariens mais aussi aux poils d’animaux, aux moisissures facilite l’inflammation bronchique qui peut créer seule des crises





télécharger 39.15 Kb.
titreL’allergie en particulier aux acariens mais aussi aux poils d’animaux, aux moisissures facilite l’inflammation bronchique qui peut créer seule des crises
date de publication20.09.2017
taille39.15 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > droit > Documentos


L’ASTHME ALLERGIQUE
L’allergie en particulier aux acariens mais aussi aux poils d’animaux, aux moisissures facilite l’inflammation bronchique qui peut créer seule des crises d’asthme entre 2 et 6 ans. Souvent la crise est facilitée par l’allergie mais déclenchée par une surinfection virale. Les pollens donnent souvent des tests positifs dès l’âge de 3-4 ans, l’allergie aux pollens devient réellement gênante à partir de 10 ans dans la plupart des cas avec des manifestations saisonnières correspondant à l’allergie aux pollens de plus en plus fréquente chaque année pouvant mériter une désensibilisation. Beaucoup de personnes peuvent avoir des tests positifs et ne jamais être malades de leur vie, l’association de tests positifs et de manifestations pour un allergène permet de dire que cet allergène a vraiment un rôle chez le malade. La remarque est tout aussi vraie pour des examens sanguins bien entendu (RAST). Dans l’allergie il faudra donc essayer de trouver le juste milieu entre l’éviction (parfois difficile lorsqu’il s’agit d’un animal de compagnie) et les conséquences de la gêne allergique. Les médicaments antihistaminiques diminuent l’allergie mais ne la guérissent pas. La désensibilisation peut la guérir mais uniquement pour certains allergènes et pour l’instant inefficace en particulier en ce qui concerne les animaux. Par contre elle est très utile pour les acariens et les pollens.
RHINITE ALLERGIQUE
La rhinite allergique est indépendante de l’asthme et elle aggrave l’asthme lorsque celui-ci existe, elle est due très souvent aux acariens, aux pollens et aux poils d’animaux avec des soins locaux qui ne feront que soulager, une éventuelle désensibilisation peut donc être proposée
ALLERGIE AUX HYMENOPTERES
L’allergie aux hyménoptères (guêpe, abeille) peut être potentiellement mortelle non pas à cause de la toxicité du venin mais à cause de la réaction à ce venin par l’organisme. Il n’y a pas de lien entre l’existence d’un terrain atopique (un français sur 3) et l’existence d’une allergie au venin qui peut survenir aussi bien chez les non atopiques mais peut être plus grave chez certains atopiques.

La désensibilisation au venin de guêpe ou d’abeille est parfaitement efficace et protège à 100%, elle n’est indiquée que lorsque le risque est important compte tenu des contraintes qu’elle entraîne. La décision dépendra de la gravité des manifestations, résultats de tests cutanés et des examens sanguins. I
ALLERGIE MEDICAMENTEUSE
L’allergie médicamenteuse est très fréquente, elle n’est pas non plus liée au terrain atopique. Elle peut survenir chez des sujets atopiques ou pas. C’est une pathologie complexe avec de nombreux cas particuliers. On peut dire que les tests cutanés sont souvent utiles dans quelques cas particuliers, l’allergie à la PENICILLINE, aux CURARES, aux produits de contraste iodé. Ces tests sont longs (une demi-journée), relativement douloureux et de valeur incertaine chez l’enfant.

Pour la plupart des autres allergènes médicamenteux autre que PENICILLINE et CURARE, les tests cutanés ont une valeur très modérée, indicative mais non suffisante pour prendre des décisions. Il n’y a pas non plus d’examens sanguins déterminants. L’allergie médicamenteuse est donc complexe et nécessite une expérience particulière. Il est difficile d’aller plus loin dans un site parce qu’il s’agit là aussi d’une succession de cas particuliers. Nous pouvons vous explorer généralement en milieu hospitalier, après une consultation de débrouillage très importante. A noter que l’allergie à « l’iode » n’existe pas mais il qu’il existe de vraies allergies aux produits de contraste utilisés par les radiologues qui peuvent être explorés et qui sont sans rapport avec l’allergie aux crustacés et aux fruits de mer par exemple. Notion importante : un certain nombre de médicaments dont bien sûr les antihistaminiques doivent être arrêtés au moins 8 jours avant la réalisation des tests cutanés allergiques tels qu’ils soient.
LA TOUX
La toux est un mécanisme normal en réponse à une irritation des bronches qui favorise l’évacuation des glaires. Si elle est fréquente est durable sans explication claire elle peut mériter une exploration pour en comprendre les causes.
LA TOUX DU NOURRISSON
La toux du nourrisson est plus souvent répétée que chronique c’est à dire qu’elle s’arrête de temps en temps mais reprend très souvent, à prédominance hivernale. Distinguer les toux sèches, les toux grasses, les toux fébriles, les toux nocturnes… sont souvent dues à plusieurs facteurs et facilitée par la vie en collectivité. L’existence d’un reflux gastrique plus ou moins normal à cet âge et d’éventuelles végétations, grosses amygdales, voire des atteintes pulmonaires, le nourrisson a du mal à cracher. La radio des poumons est importante pour éliminer les causes graves ou congénitales. Un diagnostic précis reste souvent difficile, les traitements doivent être réfléchis pour éviter une accumulation intempestive. Les asthmatiques toussent mais tous les tousseurs ne sont pas asthmatiques loin de là. La bronchiolite est une maladie du nourrisson qui peut le rendre fragile pendant quelques mois, c’est une maladie aiguë comme la rougeole ou la varicelle. On a généralement une seule bronchiolite dans sa vie, exceptionnellement deux.
LA TOUX DE L’ENFANT DE 2 A 6 ANS
Elle peut être due à des bronchites simples mais compte tenu de la fréquence des allergies dans la population française (1 sur 3) les tests allergiques deviennent utiles après 2 ans. Un éventuel asthme sera confirmé à la sensibilité aux traitements anti-asthmatiques.

A partir de 5 ans voire avant la fonction respiratoire sera plus précise pour en préciser les conséquences et les causes.

La radio des poumons reste utile pour s’assurer qu’il n’y ait pas une bronche abîmée à partir de laquelle les toux se répètent. Les diagnostics plus rares sont à éliminer.

A noter que les toux quinteuses impressionnantes jour et nuit sont presque toujours d’origine infectieuse.
LA TOUX DE L’ADOLESCENT
Il faut rester particulièrement méfiant à cet âge là sur l’asthme et l’allergie.
LA TOUX DE L’ADULTE
Si il est fumeur, l’examen du souffle à la recherche d’un début de bronchite chronique et la radio du thorax sont utiles. Il existe bien sûr d’autres causes, écoulement postérieur à partir du nez, le reflux gastrique… là aussi c’est plutôt la durée de la toux qui est inquiétante plutôt que son caractère impressionnant.
LA TOUX CAVERNEUSE COMME CELLE DES TUBERCULEUX
La tuberculose n’a pas disparu mais reste quand même très marginale.

Chez l’adule un certain nombre de médicaments peuvent favoriser la toux.
Quelque soit la pathologie pulmonaire ou allergique pour laquelle vous consultez il est très important d’avoir l’avis de votre médecin traitant qui peut nous signaler vos antécédents, vos traitements, l’hypothèse diagnostique. Vous serez beaucoup plus facilement soigné si vous consulter avec une lettre de votre médecin traitant ou de votre pédiatre précisant tout cela. A noter cependant qu’avant 16 ans le parcours de soins n’existe pas et que donc tout enfant peut être vu par un spécialiste directement sans conséquence sur le remboursement des actes.

Au dessus de 16 ans vous pouvez bien sûr consulter sans l’avis de votre médecin traitant par conséquence un remboursement de sécurité sociale moins important mais il est toujours mieux pour le suivi de votre problème qui risque d’être chronique qu’il y ait une vraie collaboration entre votre médecin traitant et vos spécialistes.
L’ASTHME
L’asthme est une fragilité des bronches (tuyau qui mène l’air aux poumons) plus ou moins importante qui se traduit par une inflammation des bronches par un rétrécissement des bronches (spasme bronchique) lors d’agressions extérieures variées (allergie, infection, air froid, entre autres…).

L’asthme commence souvent vers l’âge de 3 ans mais peut commencer à n’importe quel âge en fonction de la fragilité génétique (tendance à l’asthme plus ou moins importante de naissance) et des agressions extérieures plus ou moins importantes (mode de vie, allergie,…).

En pratique l’asthme se traduit pour le malade par des sensations d’oppression, des sifflements bronchiques, d’une toux évoluant par crise et à prédominance nocturne.

Il existe presque toujours une inflammation bronchique due à une éosinophilie témoignant d’une inflammation bronchique sensibles aux corticoïdes (en particulier inhalés). L’asthme est prouvé par soit l’amélioration nette sous bronchodilatateur soit, si le diagnostic est plus difficile, par un test de provocation à la Métacholine (ce test est inutile si l’exploration fonctionnelle respiratoire simple permet le diagnostic).

Tout asthme ou suspicion d’asthme doit avoir un bilan comportant au minimum une radio des poumons, des tests allergiques, une fonction respiratoire dès qu’elle est possible vers l’âge de 5 ans en général. Il n’y a pas d’âge pour faire les tests allergiques. L’allergie ne joue un rôle dans l’asthme qu’après 2 et 4 ans, il n’y a donc pas grand intérêt à les pratiquer avant même si ils sont réalisables.
Le traitement de la crise d’asthme repose sur la prise de bêta 2 mimétiques de courte durée d’action (vous trouverez en annexe les différents bêta 2 mimétiques) ces produits ne sont pas dangereux et son très utiles pour les petites crises, on peut par exemple aller jusqu’à 20 bouffées par jour pour un enfant de 10 Kg mais utilisés seuls ils sont inefficaces et deviennent donc dangereux lors des fortes crises où il faut obligatoirement les associer aux corticoïdes.

Les corticoïdes dans le cadre de la crise doivent être utilisés par voie orale. Vous trouverez en annexe les principaux corticoïdes.

Le traitement de corticoïdes en cure courte (3 jours suffisent souvent dans les asthmes banaux) a très peu d’effets secondaires si pas d’inconvénient un effet excitant.
Le traitement de fond de l’asthme commence avant tout par des règles de vie adaptées. En cas d’allergie éviter les pièges à poussière, les maisons humides, les moquettes, les tapis, surtout les animaux à poils quels qu’ils soient (les animaux qui sont là avant la naissance de l’enfant sont souvent bien tolérés par contre l’arrivée d’un animal dans la vie d’un enfant ou d’un adulte est très souvent la cause d’une aggravation de l’asthme et d’une sensibilisation si le malade est par ailleurs allergique). Le tabagisme est un élément aggravant dans l’inflammation bronchique même si il ne déclenche pas de crise d’asthme. On sait que le tabagisme maternel est un facteur prédictif d’asthme pour l’enfant. La pollution est certainement très toxique à long terme pour tout le monde et peut déclencher à hautes doses toux, rhinite et conjonctivite chez tout le monde mais est rarement la cause de crise d’asthme sauf en cas d’exposition professionnelle (peintre, coiffeuse ,…). Le sport pratiqué de manière raisonnable est une bonne chose pour la santé et n’améliore absolument pas les valeurs fonctionnelles des asthmatiques au niveau respiratoire. La course libre de plus de 6 minutes si elle est intense déclenche une gêne respiratoire chez la plupart des asthmatiques.
Les traitements médicamenteux.

Plus de 50% des asthmatiques qui sont des asthmes légers avec des valeurs fonctionnelles respiratoires normales entre les crises ne méritent aucun traitement de fond médicamenteux, juste un traitement à la demande par bronchodilatateur inhalé.

Les malades présentant un asthme non contrôlé (déficit aux EFR, gêne à l’effort, oppression nocturne,…) méritent un traitement de fond qui peut être perannuel ou certaines saisons simplement. Le traitement de fond peut comporter des corticoïdes inhalés et/ou du Montelukast comprimés. A noter qu’il a été prouvé dans de nombreuses études que même plusieurs années de corticoïdes inhalés en continu n’ont aucun retentissement sur la croissance des asthmatiques (les asthmatiques mal soignés sont plus petits que la moyenne, les asthmatiques qui prennent des corticoïdes inhalés pendant plusieurs années sont un peu plus grands que les non asthmatiques). Ceci dit autant les corticoïdes inhalés sont très importants dans le traitement d’un asthme mal équilibré, autant il est essentiel de toujours donner la plus petite dose utile qui permet de contrôler l’asthme et éventuellement de savoir l’arrêter à certaines périodes de l’année où ce traitement n’est pas utile. Cela peut se gérer par une surveillance clinique et par l’examen du souffle au moins annuel et généralement plusieurs fois par an.

Un examen du souffle annuel est indispensable chez tout asthmatique y compris, et même peut-être surtout, ceux qui n’ont pas de traitement de fond pour s’assurer qu’ils n’en nécessitent pas.
Pour les asthmatiques qui ne sont pas contrôlés par Montelukast ou les corticoïdes inhalés ou l’association des deux et où il faut augmenter le traitement en général on propose l’association d’un corticoïde inhalé et d’un bêta 2 mimétique de longue action. Là aussi les doses doivent être adaptés au ressenti du malade, au nombre de crises, et aux examens du souffle. Dans de rares cas (moins de 5% des asthmatiques) il existe vraiment un asthme sévère résistant à ce type de traitement et pour lesquels on doit envisager d’autres thérapeutiques au cas par cas. A noter que chez les allergiques il est important de contrôler l’allergie par des antihistaminiques, la rhinite par des traitements locaux et éventuellement de pratiquer une désensibilisation par voie sous-cutanée ou plus souvent maintenant par voie sublinguale, il est actuellement prouvé de manière certaine que la désensibilisation permet à certains asthmatiques allergiques ne peut pas déclencher d’asthme grâce à ce traitement.


Principaux médicaments utilisés.
MONTELUKAST : SINGULAIR

Bêta 2 mimétique d’action courte : VENTOLINE, BRICANYL, AIROMIR, VENTILASTIN

Corticoïde inhalé : BECOTIDE, FLIXOTIDE, PULMICORT, NOVOPULMON

Principales associations de bêta 2 mimétiques et de corticoïdes inhalés : SERETIDE (dosage allant du SERETIDE 50 au SERETIDE 500), SYMBICORT (dosage allant du 100 au 400), INNOVAIR

Corticoïdes oraux : CELESTENE (dose habituelle : 10 gouttes/Kg en une prise matinale sauf urgence), SOLUPRED 20 mg (dose habituelle : 1 mg/Kg), MEDROL 16 mg (un MEDROL 16 mg équivaut à un SOLUPRED 20 mg).

A noter que le KENACORT retard comprend une très forte dose de cortisone (équivalent de 6 semaines de corticothérapie à 40 mg par jour pour le KENACORT 80 mg), c’est un médicament certes efficace mais dont les risques sont supérieurs aux bénéfices pour les maladies allergiques. Il reste donc un médicament déconseillé sauf cas très particulier.

Les corticoïdes injectables d’action immédiate ou plus courte peuvent être utiles.
On rappelle deux messages essentiels :

Une crise ne cédant pas aux bêta 2 mimétiques utilisés à bonne dose nécessite une corticothérapie par voie orale.

Le traitement de fond d’un asthmatique ne peut pas être décidé sans un examen fonctionnel respiratoire.

L’allergie quand elle existe est une épine irritative pour l’asthme qu’il faut contrôler au mieux.

LA BPCO
La BPCO est une obstruction progressive des bronches liée au tabac (tuyau qui mène l’air aux poumons), cette obstruction à la différence de celle de l’asthme est irréversible c’est à dire que la plus grosse partie de l’obstruction ne s’améliore pas avec le traitement et ne s’améliore pas à l’arrêt du tabac. Elle reste au niveau précédent.

Tout le monde ne fait pas une BPCO certains malades supportant mieux le tabac que d’autres. Une BPCO peut être diagnostiquée sur un examen fonctionnel respiratoire après 20 ans de tabagisme voire moins, son évolution est inéluctable vers l’insuffisance respiratoire avec nécessité d’oxygène si le tabagisme persiste même en prenant des traitements.

Les éléments essentiels du traitement sont premièrement l’arrêt complet du tabac et de tous les autres produits toxiques éventuels (industriels ou ludiques…), deuxièmement la pratique d’un réentraînement à l’effort (marche ou course selon l’état de la BPCO) au minimum 6 heures par semaine cela n’améliore en rien les fonctions respiratoires on est avec une fonction respiratoire diminuée pour compenser ce déficit en maintenant un état cardiaque, musculaire et un poids correct, troisièmement un certain nombre de médicaments luttent contre l’obstruction et la distension. En effet dans la BPCO l’ai pénètre encore assez bien à l’inspiration les bronches s’ouvrent et sort très difficilement car les bronches se referment à l’expiration, certain médicaments compensent un peu ce phénomène mais il n’améliore que de quelques % la fonction respiratoire. Il s’agit soit d’atropinique (SPIRIVA RESPIMAT) soit de bronchodilatateur (FORADIL, SEREVENT, OMBREZ, OSLIF) voire bientôt l’association des deux.

A la différence de l’asthme ces médicaments peuvent être pris sans corticoïde inhalé associé.

L’emphysème est un cas particulier de la BPCO, ce ne sont pas tellement les tuyaux que sont les bronches qui sont altérés mais le poumon lui même qui est détruit et remplacé par des trous ce qui rend évidemment tout traitement encore plus difficile à part des traitements d’exception comme la chirurgie pour enlever les bulles sous pression qui remplacent le poumon sain ou la mise en place de ressort pour essayer de rétracter ces bulles.

Il est essentiel de retenir que la BPCO peut être diagnostiquée assez tôt par les examens fonctionnels respiratoires mais qu’elle est ressentie par le malade que lorsque les chiffres sont déjà très bas car la gêne est très progressive et on s’adapte peu à peu à cette gêne. On part avec environ 4 litres de fonction respiratoire utile (VEMS), la gêne est souvent ressentie que lorsqu’on s’approche d’un litre alors on a une fonction respiratoire équivalent à un sujet sain de 90 ans.
LE CANCER DU POUMON
Le cancer du poumon primitif (dont le point de départ est dans le poumon mais qui peut faire des métastases ailleurs) est lié au tabagisme dans près de 85% des cas. Il est de plus en plus précoce en particulier chez la femme où on le découvre dès l’âge de 40 ans. L’existence de cancer du poumon dans la famille est un risque majeur, il faut dans ce cas là bien sûr ne pas fumer, faire une surveillance avec des dépistages systématiques qui comporte une fibroscopie en auto-fluorescence, un scanner thoracique.

Les dernières études ont montré que le scanner thoracique est un bon moyen de dépistage de cancer du poumon à un stade relativement précoce qui donne plus de chances au malade. Il n’y a cependant pas de recommandation française sur le dépistage par scanner thoracique pour deux raisons principales d’une part l’irradiation non négligeable qu’entraîne le scanner et d’autre part le coût de ces examens répétés. Il est donc possible que dans les années qui viennent le scanner thoracique soit considéré comme un examen utile chez le fumeur et à la charge du malade. Actuellement cet examen semble utile au cas donc d’antécédents familiaux de cancer et de tabagisme personnel, en cas d’hémoptysie (crachement de sang), de toux rebelle ou d’image radiologique anormale. La vitesse d’évolution des cancers est très variable sans traitement deux mois de survie à quelques années selon le type de cancer. Les traitements actuels font des progrès en associant la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et les thérapies ciblées nouvelles.

Le traitement du cancer du poumon ne peut se faire à mon avis que dans le cadre d’une équipe pluridisciplinaire ayant accès à l’ensemble des thérapeutiques actuelles. Personnellement je travaille avec l’hôpital Saint Joseph où il existe une équipe importante sur place permettant de faire de la chirurgie thoracique et de l’échoendoscopie qui est un examen essentiel dans le bilan et aussi en relation avec les centres de radiothérapie de Clairval et de la Timone si nécessaire avec le centre d’essais thérapeutiques et d’innovations thérapeutiques du Professeur BARLESI à l’hôpital Nord ou avec le centre du Pr MARQUETTE à Nice pour la réalisation de thérapies très spécialisées tel que le Cyberknife. Contrairement à ce que l’on peut penser chaque cancer du poumon est plus ou moins un cas particulier pour lequel les décisions en groupe de réflexion collégiale sont à prendre très régulièrement, il me paraît impossible de mettre des informations plus précises sur un site médical car elles ont très peu de chances de correspondre au cas particulier du malade. Il existe bien sûr quelques facteurs professionnels à certains cancers comme l’amiante mais si le tabac n’existait pas plus de 80% des cancers du poumon disparaîtraient.
LE TABAGISME
Le tabagisme a de très nombreuses conséquences néfastes sur la santé et je me serai arrêté de fumer beaucoup plus tôt encore si j’avais su tout cela plus tôt.

Le tabagisme entraîne bien entendu des risques cardiaques en particulier des maladies coronaires, au niveau cardiaque l’arrêt du tabac semble avoir des bénéfices immédiats. Le tabagisme entraîne de nombreux cancers tels que le cancer du poumon bien sûr mais aussi du larynx, de l’œsophage, de la vessie. Le risque de cancer en général dépend bien sûr des facteurs génétiques personnels mais restent proportionnel à la durée du tabagisme plus qu’à sa quantité. Il est donc important chez des gens qui fument peu mais longtemps. La BPCO dont on a parlé par ailleurs est proportionnelle au nombre de quantité de cigarettes fumées quelque soit la durée du tabagisme.

Y a t’il un moyen simple de s’arrêter de fumer ? La réponse est non mais cela reste tout à fait possible avec l’aide des timbres, gommes et autres avec lesquels la dépendance à la nicotine peut être réduite, ce qui est le plus difficile est la dépendance gestuelle. Il y a peu de preuves scientifiques sur l’intérêt de l’acupuncture, l’homéopathie, l’hypnose, la cigarette électronique ou tout autre traitement mais tout est mieux plutôt que de continuer à fumer. L’arrêt du tabac doit être associé si possible à la modification générale de l’hygiène de vie et de la reprise d’une activité sportive pour éviter la prise de poids. Par ailleurs on note que beaucoup de gens s’arrêtent mais récidivent au bout de quelques mois lors d’une pression psychologique particulière ce qui montre qu’il est possible de s’arrêter et qu’il faut rester vigilant. L’aide de la consultation anti-tabac est importante et la motivation essentielle. Aides toi et le docteur t’aidera.
L’ALLERGIE
Beaucoup de gens se disent allergiques mais ils ne le sont pas obligatoirement, il y a plusieurs types d’allergie. L’allergie la plus commune est l’atopie qui associe à des degrés variables de l’eczéma, une rhinite allergique (éternuement), une conjonctivite (inflammation de l’œil) et éventuellement de l’asthme (uniquement sur ceux qui sont capables génétiquement d’en faire). L’atopie est fréquente puisqu’elle touche un français sur trois actuellement.

Histoire naturelle de l’atopie. Avant deux ans l’atopie peut être révélée par des allergies alimentaires c’est à dire par des réactions vraies avec œdème (gonflement), urticaire voire réactions plus sévères pour des aliments. L’allergie au lait n’est pas toujours liée à un terrain atopique à venir. Par contre l’allergie à l’œuf ou à d’autres aliments est en général prédictif qu’une allergie à venir. Les manifestations respiratoires à type d’asthme ou de pseudo-asthme avant 2 ans ne sont pas liées ave le terrain allergique éventuel. *

En dosant la principale manifestation en dehors de rares allergies alimentaire on note surtout l’eczéma qui évolue par poussées, ces poussées sont rarement liées à des problèmes allergiques, en fait l’eczéma est associé à des allergies mais n’est pas du à des allergies. La présence d’eczéma peut faciliter les allergies alimentaires par la pénétration par la peau d’allergène, plus rarement l’eczéma est lié à des allergies alimentaires cela existe mais ce n’est pas le plus fréquent.

L’eczéma est une fragilité génétique aux antécédents familiaux de la peau qui s’aggrave spontanément si il n’est pas traité et être aggravé par des facteurs extérieurs telle la surinfection, le stress ou autre. il n’y a pas de certitude sur l’intérêt de l’éviction des allergènes et encore moins sur la désensibilisation dans l’eczéma. Comme toute maladie qui reste un peu mystérieuse malgré les efforts de la science de nombreuses thérapeutiques alternatives non fondées sont proposées.
Les traitement local par pommade en particulier les corticoïdes restent indispensables mais le contrôle de l’eczéma est souvent plus difficile que le contrôle de l’asthme qui est assez facile avec les thérapeutiques modernes à condition bien sûr de les prendre.
Le terrain atopique a une grande part génétique (due à l’hérédité). On peut penser qu’en France un peu plus de 30% de la population est capable de faire une allergie de type atopie. Il y a quelques années simplement 10% de la population présentaient ces manifestations, il y a donc une très nette augmentation du nombre de malades allergiques. Bien entendu ce n’est pas du à une modification génétique mais à une modification de notre mode de vie.

Le mode de vie occidental au sens général favorise très nettement le développement d’allergies chez les gens qui ont un terrain génétique favorable.

Le nombre de personnes qui ont un terrain génétique favorable n’est bien sûr pas varié, par contre la plupart des gens qui sont capables de faire de l’allergie en font alors que précédemment ils n’en faisaient pas. Les causes sont complexes et font l’objet de très nombreuses publications médicales et ce qui est certain c’est que c’est le mode de vie occidental qui favorise cela et en particulier l’absence d’infection bactérienne sévère. En effet les infections bactériennes stimulent un certain type d’immunité, l’amélioration de notre mode de vie et éventuellement les vaccinations (mais les vaccinations sont faites surtout sur des maladies virales et pas sur des maladies bactériennes) font que nous avons moins d’infections bactériennes en particulier grâce à l’hygiène et aux antibiotiques. Notre immunité du coup développe plus de maladie allergique. Si on faisait plus de pneumonies ou d’infection à staphylocoques cutanés on aurait probablement moins d’allergie. C’est un choix de société. Les papous par exemple ont dans leur forêt tropicale 3% d’allergie environ mais si on les faisait vivre en Europe occidentale selon notre mode de vie ils auraient le même taux d’allergie que nous.
LA PREVENTION DE L’ALLERGIE (ET DE L’ASTHME)
L’allergie et l’asthme sont deux maladies différentes. 80% des enfants asthmatiques sont allergiques ce qui montre bien que l’allergie est un révélateur de l’asthme et une épine irritative. Ce sont deux maladies génétiques différentes, on peut hériter de l’une ou de l’autre ou des deux et à des degrés variables aussi bien pour l’une et l’autre maladie. Le mode de vie occidental est donc la principale cause de l’aggravation de ces deux maladies.

Le tabagisme passif ou actif. Les petits poids de naissance ou la prématurité peut être dus au tabagisme (qui est favorisé par les progrès de la médecine).
La présence d’animaux domestiques en particulier du chat (le rôle du chien est moins évident) infection précoce en collectivité en particulier en crèche qui développe les infections virales (les infections virales ne protégent pas de l’allergie mais favorisent l’irritation des bronches).
L’alimentation maternelle, sauf cas exceptionnel, ne semble pas avoir de conséquence sur le terrain allergique, par contre bien sûr le fait d’avoir une mère atopique est le principal facteur d’atopie chez l’enfant.
Le régime alimentaire de l’enfant pour essayer d’éviter l’allergie est soumis à de très nombreuses controverses. L’alimentation au sein est probablement utile, la diversification précoce de l’alimentation sans excès permet d’éviter la survenue d’allergie aux aliments de base consommés régulièrement. La prise de certains aliments de manière discontinue à petites doses (traces) peut favoriser une sensibilisation alors que la prise continue est plutôt une manière de créer une tolérance.

similaire:

L’allergie en particulier aux acariens mais aussi aux poils d’animaux, aux moisissures facilite l’inflammation bronchique qui peut créer seule des crises icon1953-07-08 Le symbolique, l’imaginaire et le réel
«l’homme aux loups» de quelqu’un d’aussi grande classe. Mais IL est frappant, IL l’a mis à part comme un point particulier. Quant...

L’allergie en particulier aux acariens mais aussi aux poils d’animaux, aux moisissures facilite l’inflammation bronchique qui peut créer seule des crises icon2014 boyer olivier/appavou dolores Lycée Mahatma Gandhi 20/01/2014...
«complémentaire aux enseignements», en particulier les activités artistiques et assurer l’aide aux devoirs et aux leçons

L’allergie en particulier aux acariens mais aussi aux poils d’animaux, aux moisissures facilite l’inflammation bronchique qui peut créer seule des crises iconRésumé Le but de mon stage dans l’entreprise Digitech était tout...

L’allergie en particulier aux acariens mais aussi aux poils d’animaux, aux moisissures facilite l’inflammation bronchique qui peut créer seule des crises iconInflammation due aux mycoses et aux parasites

L’allergie en particulier aux acariens mais aussi aux poils d’animaux, aux moisissures facilite l’inflammation bronchique qui peut créer seule des crises iconQuestion 247: Secrets d’affaires
«Nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restrictions qui ne seraient pas justifiées...

L’allergie en particulier aux acariens mais aussi aux poils d’animaux, aux moisissures facilite l’inflammation bronchique qui peut créer seule des crises iconSi je suis allergique aux acariens, comment puis-je éviter d’y être exposé ?
«Conseillère habitat santé» qui viendra à votre domicile faire un état des lieux et vous proposer les modifications qui paraissent...

L’allergie en particulier aux acariens mais aussi aux poils d’animaux, aux moisissures facilite l’inflammation bronchique qui peut créer seule des crises icon«Je suis allergique» aux acariens
«anti-acarien» qui n’offre pas forcément une garantie prouvée. Certains produits peuvent gêner des personnes sensibles

L’allergie en particulier aux acariens mais aussi aux poils d’animaux, aux moisissures facilite l’inflammation bronchique qui peut créer seule des crises iconConsultations collectives ou ateliers de questionnement mutuel
«qui peut dire pourquoi je demande aux gens de s’exprimer en une seule phrase ?» Irena répond à la question avant d’être interrogée...

L’allergie en particulier aux acariens mais aussi aux poils d’animaux, aux moisissures facilite l’inflammation bronchique qui peut créer seule des crises iconJournée de sensibilisation aux antibiotiques
«gérance des antibiotiques»? Et c’est bizarre qu’il n’y ait pas une seule définition reçue, mais IL existe différentes définitions...

L’allergie en particulier aux acariens mais aussi aux poils d’animaux, aux moisissures facilite l’inflammation bronchique qui peut créer seule des crises iconUne asthenie et des douleurs aux poignets, aux genoux et aux articulations des doigts
«Treatmetit challenges and investigational opportimiUes in autoimmune hejHitilis», Hepatology, 2005





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com