Les lesions elementaires dermatologiques





télécharger 216.27 Kb.
titreLes lesions elementaires dermatologiques
page9/12
date de publication13.10.2016
taille216.27 Kb.
typeCours
m.20-bal.com > droit > Cours
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

Lésions à contenu liquide

  1. Vésicules



Définition : soulèvement épidermique circonscrit (limité), dû à une collection de liquide clair contenue dans une cavité néoformée, de volume variable mais petit (1 à 3 mm de diamètre)


  • Histologiquement, les vésicules résultent (+++) :




  • Soit d'un œdème intercellulaire du corps muqueux (spongiose intercellulaire) qui dissocie les kératinocytes (exsudat qui dissocie les cellules) et forme ainsi une cavité (eczéma) ; cette cavité est parfois multiloculaire

Remarque: dans les formes les plus importantes d'eczéma on a des vésicules : sorte de granité quand on passe le doigt dessus et dans les formes encore plus importantes cela peut faire des bulles


  • Soit d'une dégénérescence et d'une nécrose kératinocytaire (infections virales : herpés, zona, varicelle) : nécrose due au virus (qui pénètre dans les cellules, s'y répliquent et les nécrose)




  • Soit, mécanisme immunologique = décollement dermo-épidermique par une collection de sérosité sous-épidermique (formation d'une petite vésicule : sérosité qui se met au niveau de la zone qui se décolle entre le derme et l'épiderme) (dermatite herpétiforme)




  • Diagnostic différentiel :

  • Œdème : le liquide n'est pas collecté

  • Papule : tantôt non liquidienne, tantôt œdémateuse mais alors cet œdème n'est pas collecté même si son aspect translucide peut prêter à discussion.

  • Pustule : le contenu est purulent ; à noter qu'une vésicule peut évoluer en pustule

  • Bulle : elle est plus volumineuse qu'une vésicule ; une affection habituellement vésiculeuse peut devenir bulleuse lorsque le décollement intra épidermique s'étend par coalescence des vésicules.




  • Modalités :




  • La taille est variable, d'une pointe d'épingle à un demi-pois :

    • Très petite, difficilement visible, simple aspect chagriné de la peau comme dans l'eczéma (visible au microscope)

    • Petite (1 à 2 mm de diamètre) comme dans l'herpès (vésicules regroupées en bouquet, elles sont dites aussi polycliniques) ou le zona (en bandes métamériques dans le zona).




  • Vésicules ombiliquées et disséminées ; ex : varicelle



  • Tantôt superficielles et fragiles, laissant place à des érosions arrondies ou polycycliques (herpès)




  • Tantôt à plafond très épais : aspect en "grain de tapioca cuit" de la dysidrose palmo plantaire car les vésicules sont vues à travers une couche cornée très épaisse.




  • La vésicule peut se rompre et laisser s’écouler un liquide clair et laisser place à une petite érosion suintante qui se recouvrira d’une croute.




  • Les vésicules peuvent devenir coalescentes réalisant des bulles.




  • Le contenu clair peut se modifier :

    • Se teinter de sang

    • Devenir louche ou purulent et former une pustule




  • La vésicule peut siéger :

    • Sur la peau saine

    • Sur une zone érythémateuse : lésion erythémato-vésiculeuse (ex : eczéma)

    • Sur une papule : lésion papulo-vésiculeuse (ex : prurigo).



  1. Bulles (ou phlyctènes)





  • Définition : Soulèvement épidermique circonscrit, dû à une collection de liquide clair contenu dans une cavité néoformée, plus grande qu'une vésicule.




  • Diagnostic différentiel : Les vésicules dont la taille est plus petite




  • Histologie et mode de formation +++: Deux grands types de bulles:

Bulle par clivage intra épidermique :


    • Soit par confluence de vésicules




    • Soit par acantholyse (bulle dans l'épiderme), c'est-à-dire lyse des ponts d'union (desmosomes) entre les kératinocytes de l’épiderme (elles vont donc se séparer les unes des autres) par un mécanisme autoimmun comme dans le pemphigus.




    • Soit par nécrose kératinocytaire par un mécanisme immuno allergique comme dans la nécrolyse épidermique (syndrome de Lyell).


Le clivage peut être superficiel dans l’épiderme (ex : mécanisme toxinique de l’épidermolyse staphylococcique)


  • Bulle (clivage) sous épidermique =jonction dermo-épidermique (pathologie bulleuse la plus fréquente chez les personnes âgées)  Par clivage entre le derme qui forme le plancher de la bulle et l'épiderme qui en forme le toit par mécanisme autoimmun comme dans la pemphigoïde bulleuse (autres ex mutation génétique comme dans les épidermolyses bulleuses héréditaires, autre ex porphyrie cutanée)




  • Signe de NIKOLSKY:




  • Le frottement appuyé (tangentiellement) de la pulpe du doigt sur le tégument provoque le décollement, en peau sans bulles, d'un lambeau épidermique.




  • Modalités cliniques :

  • Bulle tendue et hémisphérique ou bulle flasque

  • Siège variable :

    • En peau saine (Pemphigus)

    • Sur peau érythémateuse (Pemphigoïde bulleuse : plaques érythémateuses + bulles)

    • Sur une cocarde (Erythème polymorphe bulleux)




  • Le contenu peut être parfois hémorragique ou secondairement purulent.




  • Evolution des bulles +++: C'est en sachant comment va évoluer une bulle qu'on va reconstituer l'histoire (ex : patient qui arrive avec des lésions, on veut savoir si ce sont des lésions post-bulleuses)




  • La bulle se perce/se rompt laissant place à une érosion suintante entourée d’une collerette épidermique, elle sèche puis fait une croute de la forme de la bulle = croûtes arrondies

  • Dessication (élimination d'eau)

  • Arrachement du toit qui entraîne une érosion (le patient a donc des érosions + croûtes mais sans bulle; on recherchera une bulle ancienne soit à l'interrogatoire soit en faisant un prélèvement)




  • Elles peuvent se localiser sur la peau ou les muqueuses (buccale, conjonctivale, nasale, ano-génitale). Au niveau des muqueuses les bulles sont particulièrement fragiles et donc éphémères.




  • Il faut savoir diagnostiquer l'origine bulleuse d'une lésion post bulleuse : l'érosion post bulleuse est régulièrement arrondie ou ovalaire et on retrouve, sur tout ou partie de sa périphérie, une frange épithéliale (un peu de peau en périphérie) qui correspond au pied d'insertion du toit de la bulle qui a été arraché.




  • Ensuite se forme une croûte qui a la même forme régulièrement arrondie (par exemple croûte mélicérique de l'impétigo : jaune, molle, épaisse et d'aspect gras).
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

similaire:

Les lesions elementaires dermatologiques iconLes particules élémentaires

Les lesions elementaires dermatologiques iconLivre II : Les croyances élémentaires

Les lesions elementaires dermatologiques iconLes règles élémentaires d’un bon compostage

Les lesions elementaires dermatologiques iconLes formes éLÉmentaires de la vie religieuse

Les lesions elementaires dermatologiques iconConseils dermatologiques aux parents d’enfants atteints de

Les lesions elementaires dermatologiques iconHomme de 30ans, présente des lésions du cou, non prurigineuses, apparues...

Les lesions elementaires dermatologiques iconAgent territorial spécialisé de 1ère classe des écoles maternelles
«situations concrètes habituellement rencontrées» par les atsem. L’intitulé ne mentionne plus les questions sur les notions élémentaires...

Les lesions elementaires dermatologiques iconCompétence N° 6 – "Connaissances théoriques élémentaires"

Les lesions elementaires dermatologiques iconExamen clinique lésion élémentaires

Les lesions elementaires dermatologiques iconApporter un éclairage aux enseignants des écoles maternelles et élémentaires





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com