Ipc (Introduction à la Psychologie Clinique)





titreIpc (Introduction à la Psychologie Clinique)
date de publication04.10.2017
taille9.9 Kb.
typeDocumentos
m.20-bal.com > droit > Documentos




IPC (Introduction à la Psychologie Clinique)

CM 2




I- Définition.

II- Introduction à la psychopathologie (Histoire et filiation) - suite.
La psychopathologie athéorique :

Elle ne s’appuie sur aucune théorie. Celle-ci est le modèle le plus utilisé dans le monde (dans l’ensemble des pays anglo-saxons et se développe en France). Ce modèle refuse l’idée qu'il peut y avoir une théorie des troubles mentaux et va se contenter de quelque chose de purement théorique, (soit des critères descriptifs uniquement basés sur les symptômes) donc il ne se préoccupe pas de l’étiologie c'est à dire qu'il ne se préoccupe pas de l’étude des causes des troubles mentaux.

Il existe un manuel qui rassemble l’ensemble des symptômes que l’on peut retrouver en psychopathologie. Il s’agit donc purement d’un dispositif de diagnostique. Ce manuel comprend 5 axes principaux : les deux premiers axes concernent les troubles mentaux, le troisième concerne les trouble en affection physique (en lien avec des troubles psychopathologiques), le quatrième concerne les facteurs de stress et le dernier concerne tous ce qui est social, psychologique et professionnel. Critique de ce modèle : c’est qu'il n’est pas honnête puisqu’il se présente sans théorie alors qu'il s’appuie sur la théorie implicite : le comportementalisme (ou le béhaviorisme).

Béhaviorisme : nous avons des comportements qui sont acquis. La psychopathologie considère que nous avons aussi acquis des comportements anormaux. La thérapie s’attaque aux symptômes pour les faire disparaître.

Exemple : Pour un même trouble (névrose obsessionnelle), on va trouver des traitements et des attributions différentes (Pour la psychanalyse, c’est la névrose obsessionnelle alors que pour la psychopathologie athéorique cela est appelé Trouble Obsessionnel Compulsif : alors que c’est exactement la même chose). Chronologiquement, le névrosé obsessionnel peut être obsédé par des choses qui l’empêche de vivre (par les microbes par exemple) mais peut aussi avoir des compulsions ; au départ, on a décrit ces troubles mais on ne savait pas ce que c’était vraiment. C’est Freud qui s’est rendu compte que ces troubles était une névrose obsessionnelle comme tout autres névroses, il y a un conflit psychique inconscient entre le désir et l’interdit : conflit que le sujet a du mal à gérer et qui va se traduire par des symptômes. Dans l’hystérie, les symptômes apparaissent au niveau du corps (conversion somatique). Chez l’obsessionnel, les symptômes apparaissent au niveau de la pensée et de plus, il y a un refoulement important de l’agressivité. Le désir de l’obsessionnel est agressif et il a en même temps l’interdit de cette agressif ce qui se traduit par ses troubles. La cure psychanalytique ne se préoccupe pas du symptôme, elle va s’intéresser au conflit psychique inconscient du sujet pour permettre que ses désirs émergent. Elle s’attache à la cause et ainsi les symptômes s’en vont petit à petit. Freud considère que les symptômes sont ce que le sujet a trouvé de mieux pour se défendre ainsi Freud s’attache aux causes et non à la guérison du symptôme par des éléments extérieurs. Le TOC de la psychopathologie athéorique s’attache au symptôme et non à la cause de celui-ci. La thérapie de la psychopathologie athéorique s’attache ainsi à l’apprentissage.
La psychopathologie biologique :

Elle correspond à un courant très ancien (19ème siècle), ce modèle étudie l’influence des modifications morphologiques ou fonctionnelles du système nerveux sur la genèse des troubles mentaux. Il s’est développé grâce aux découvertes en pharmacologie et biologie ; c’est une véritable révolution puisque désormais nous avons un nombre considérable de médicaments. Le modèle étiologique à l’œuvre est l’organogenèse c'est à dire les troubles mentaux étant ici considérés comme ayant des origines organiques.
La psychopathologie du cognitivisme :

Elle se développe beaucoup. C’est un courant de la psychologie qui est allé chercher ses modèles dans les fonctionnements des ordinateurs. Il s’agit d’un modèle qui va tous particulièrement s’attacher au traitement de l’information.
L’éthno-psychopathologie :

(Ethnos = peuple en grec). Ce modèle étudie le lien entre les troubles psychopathologiques athéoriques et la culture d’origine des patients. On s’intéresse ici à des maladies mentales se trouvant dans un endroit donné (lié à la culture => Ex : Le trouble Amok (bouffée délirante, hallucination...) est une maladie mentale particulière de l’Indonésie). Il s’intéresse à la façon dont un affect mental va voir se traduire différemment selon les cultures. Sociogenèse : cause sociale culturelle des troubles mentaux.

similaire:

Ipc (Introduction à la Psychologie Clinique) iconCours : Introduction à la psychologie clinique
«Psychologie clinique» évoque autant une méthode qu'un domaine qui se confond pour une part avec celui de la psychopathologie (=...

Ipc (Introduction à la Psychologie Clinique) iconMaster Professionnel de Psychologie Spécialité Psychopathologie et Psychologie clinique

Ipc (Introduction à la Psychologie Clinique) iconChapitre : Initiation à la méthode en psychologie clinique

Ipc (Introduction à la Psychologie Clinique) iconCas clinique n°1 I. Introduction

Ipc (Introduction à la Psychologie Clinique) iconIntroduction à la clinique des psychoses

Ipc (Introduction à la Psychologie Clinique) iconHistoire de la psychologie clinique
«corps à corps» et une communication de «volonté à volonté». Mesmer use de massages et d’attouchements

Ipc (Introduction à la Psychologie Clinique) iconPsychologie clinique et psychopathologie
«Palo-Ato» → sont des gens qui pensent que certaines maladies mentales sont troublées par la communication comme la communication...

Ipc (Introduction à la Psychologie Clinique) iconPremier examen clinique d’un patient adulte vu aux urgences. I introduction

Ipc (Introduction à la Psychologie Clinique) iconII/ Le champ disciplinaire de la psychologie
«psychologie» provient de deux mots grecques : psyche = âme; logia = science : science de l’âme (sciences humaines)

Ipc (Introduction à la Psychologie Clinique) iconJ. P. Leyens et J. L. Beauvoir (1997) L’ère de la cognition. Grenoble. Pug
«cognitive». C’est tout un courant en psychologie qui dépasse les sous disciplines. La psychologie sociale a toujours intégrée une...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com