Bibliographie : 39





télécharger 219.39 Kb.
titreBibliographie : 39
page7/10
date de publication03.02.2017
taille219.39 Kb.
typeBibliographie
m.20-bal.com > droit > Bibliographie
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

4.2Relation exposition réponse pour les paramètres retenus


Les graphiques 1 et 2 représentent, respectivement, pour les coliformes fécaux et les streptocoques fécaux, la distribution des RR de troubles digestifs associés à des écarts de concentrations croissants (log-transformées ici pour la clarté des graphes), dans l’analyse bivariée. Les autres graphes figurent en annexe 6. La liaison qui apparaît ne met pas en évidence de seuil de numération sans risque ; les tests de linéarité (sur les numérations non log-transformées) donnent des p > 15 % (10% pour les CF/EC et les troubles crédibles).


Figure 1 : Relation obtenue en analyse bivariée entre des écarts de concentration de coliformes fécaux et le RR de survenue de troubles digestifs généraux



Figure 2 : Relation obtenue en analyse bivariée entre des écarts de concentration de streptocoques fécaux et le RR de survenue de troubles digestifs objectifs.

Au terme de ces analyses bivariées, outre le contraste d’exposition, certaines variables semblent influencer la valeur des RR c’est en particulier le cas du type d’eau (eau douce ou marine) ou du type de population étudiée (volontaires sains, population générale, y compris enfants, ou adultes seuls), ou encore de la variable exprimant la qualité méthodologique de l’étude, d’un point de vue méthodologique. Les régressions multivariées ont ainsi mis en évidence l’existence d’une hétérogèneïté selon la qualité des publications  pour l’association CF/EC et troubles digestifs hautement crédibles; dans ce cas, les résultats présentés correspondent à ceux de la catégorie des travaux ayant eu la meilleure appréciation sur la qualité. Le tableau 4 expose les variables de confusion ou d’interaction potentielles identifiées au terme de l’analyse bivariée.
Tableau 4 : Liste des variables retenues après analyse bivariée, par type de germe*

Coliformes totaux

Escherichia coli ou coliformes fécaux

Streptocoques fécaux ou entérocoques

Enterovirus

type d’eau

type d’eau

type d’eau

type d’eau

population

population

population

note qualité

rejets amont

rejets amont

note qualité




définition exposé

définition exposé

définition exposé




groupe non exposé

groupe non exposé







note qualité

âge










latence










note qualité







* voir en annexe 3 la définition et le classement de ces variables
Le tableau 5 montre, pour chaque catégorie de germe, et pour les trois groupes de morbidité considérés, les estimations des pentes de la régression entre la numération du germe et le log du risque relatif et leur intervalle de confiance 95%, ajustés sur les facteurs de confusion. Le RR peut être calculé comme exp(pente x numération).
Les numérations des germes fécaux (Escherichia coli ou coliformes fécaux –EC-, et streptocoques fécaux -SF-) sont associées au risque de troubles digestifs ‘hautement crédibles’ (TDHC). L’association est la plus forte pour les SF, particulièrement pour les eaux douces (notées A dans le tableau), à un moindre degré pour les eaux marines (notées B) ; il y a ici une interaction entre le type d’eau de baignade et l’effet des germes : les risques associés à un niveau donné de concentration des SF en eaux douces sont supérieurs à ce qu’ils sont en eaux marines.
Les troubles ‘objectifs’ sont associés aux seules numération des coliformes fécaux, avec des pentes plus faibles,  proches de celles calculées pour la morbidité digestive totale. En revanche, aucune association n’est trouvée pour les SF et les troubles objectifs. La relation entre la numération des coliformes totaux (CT) et la morbidité digestive (troubles généraux) est significative mais très modeste. La présence d’entérovirus apparaît aussi associée au risque, avec un RR moyen de 1,95. On rappellera que cette analyse est multivariée sur les facteurs de confusion ou d’interaction, mais non sur les germes. En raison des liaisons entre germes, il n’est pas possible ici de conclure que ces estimations de risque sont liées exclusivement au germe considéré. En raison d’effectifs faibles, toutes les associations n’ont pu être étudiées. Afin d’en faciliter l’interprétation, le tableau 5 présente aussi les valeurs moyennes du risque relatif associé à la présence de 100 germes/100ml dans l’eau (sauf les enterovirus) ; notée RR100.

Tableau 5 : Pente ([et son écart type], x 104) de la relation entre la concentration des germes et le risque relatif de divers troubles digestifs aigus (après log-transformation et ajustement sur les variables du tableau 4), et valeur moyenne du RR pour une concentration de 100 germes/100ml.


Type de troubles

Coliformes totaux

Escherichia coli ou coliformes fécaux

Streptocoques fécaux ou entérocoques

Enterovirus 1


Troubles généraux

0.21 [0.11]

p=0.04

RR100 = 1.002

7.19 2 [2.97] p=0.03

RR100 = 1.07

26.21 [6.12]

p<10-3

RR100 = 1.29

1.95 [3.6-1.1] p=0.04

-


Troubles objectifs


_


4.26 [2.17]

p=0.03

RR100 = 1.04

24.54 [27.72] p=0.20

-


_



Troubles hautement crédibles



_

19.98a [7.66] p=0.02

RR100 = 1.22

A3: 168.1 [78.4] p=0.06

RR100 = 5.37

B : 91.3 [11.8] p=0.06

RR100 = 2.49



_

1 pour les entérovirus, l’exposition est une variable binaire (présence/absence de virus), et la valeur est le risque relatif [IC95%] associé à la présence de virus, après ajustement ; en raison du faible nombre d’études (cf tableau 4), la morbidité est ici un regroupement de définitions variables d’une étude à l’autre, étant retenue dans chaque étude celle qui est la plus ‘objective’.

2 les études de qualité moindre ne montrent pas d’association.

3 A correspond aux eaux douces et B aux eaux marines

Les valeurs en italique sont calculées pour des modèles aléatoires en raison d’une hétérogénéité résiduelle entre études.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Bibliographie : 39 iconBibliographie la bibliographie est commune aux membres du groupe
«Nom de l’encyclopédie ou du dictionnaire», titre du volume et numéro (si encyclopédie), pages consultées

Bibliographie : 39 iconBibliographie

Bibliographie : 39 iconBibliographie p. 52

Bibliographie : 39 iconBibliographie p 4

Bibliographie : 39 iconBibliographie p. 25

Bibliographie : 39 iconBibliographie La bibliographie

Bibliographie : 39 iconBibliographie

Bibliographie : 39 iconBibliographie

Bibliographie : 39 iconBibliographie

Bibliographie : 39 iconBibliographie





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com