Cours de rédaction (inachevé) Commentaire





télécharger 1.15 Mb.
titreCours de rédaction (inachevé) Commentaire
page1/27
date de publication19.04.2017
taille1.15 Mb.
typeCours
m.20-bal.com > droit > Cours
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   27
Plantes alimentaires pour jardin-forêt en climat tempéré
Présentées par Benjamin Lisan.

Date création du document : 21/05/2015. Date mise à jour : 21/05/2015. Version V1.

Document en cours de rédaction (inachevé)
Commentaire :

Plantes pouvant présenter une certaine toxicité : 

Plantes au goût pas terrible ou longues à préparer, aliments de famine, de survie, pour « survivalistes » :
Exposition ensoleillée : 
Nous remercions François, un spécialiste en plantes, qui a aidé l’auteur à rédiger ce document.

Plante potagère (strate herbacée), climat tempéré moyen
Cardon (Cynara cardunculus)1 ( ) ( ?) 
Le Cardon est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Astéracées, cultivée comme plante potagère pour ses « côtes » charnues (pétiole et nervure principale développée des feuilles) consommées comme légume. Autres noms : Carde, Cardonette, Chardon d'Espagne, Cardon d'Espagne, Artichaut sauvage, Chardonnette. C'est une plante bisannuelle, vivace par ses rejets, qui se développe d'abord en rosette, puis émet une tige principale épaisse et rameuse qui peut atteindre deux mètres de haut. Les feuilles très grandes, longues, profondément divisées en lobes aigus (armés de petites épines), de couleur gris argenté. Cette espèce est originaire des régions méditerranéennes. Elle s'est naturalisée par la culture un peu partout. Elle est considérée comme plante envahissante aux États-Unis, en Australie, et en Argentine. C'est une plante, comme l'artichaut, sensible au gel ; elle ne résiste pas à des températures inférieures à − 4 °C. Elle préfère un sol frais, profond, bien travaillé, fumé et riche en matière organique et une exposition ensoleillée. La multiplication se fait au printemps, par semis en pépinière abritée ou en place après les gelées, en avril-mai. En cas de semis en pépinière, les plants sont repiqués au stade 3-4 feuilles lorsque la température ambiante dépasse les 12 °C. Avant la récolte, on procède au blanchiment, destiné à attendrir les côtes, qui consiste à étioler les plantes en les attachant, après les avoir enveloppées d'un film opaque, et, éventuellement, à les butter sur une hauteur de 25 cm environ. La récolte des côtes intervient à l'automne, cinq à six mois après le semis. Les côtes de cardon, ou cardes, au goût assez proche de celui de l'artichaut, se consomment cuites. Le problème pour sa culture intensive est que la plante demande un espace par pied assez élevé, ne facilitant pas les récoltes, mais se propage de façon très invasive. La plante sait s’adapter à des climats très secs. C'est un légume de faible importance économique. En dehors du pétiole comestible (ou de la fleur consommée parfois comme l’artichaut classique), sa graine très oléagineuse est étudiée comme une source intéressante pour le développement de biodiesel.




Cardon (Cynara cardunculus)







Plante alimentaire (strate herbacée), climat tempéré moyen
Souchet comestible, souchet tubéreux, souchet sucré, souchet sultan, amande de terre, gland de terre (Cyperus esculentus)2
Le Souchet comestible (Cyperus esculentus), également Souchet tubéreux ou Souchet sucré, est une espèce de plante herbacée rhizomateuse vivace de la famille des Cyperaceae (famille des papyrus et des carex). La plante est parfois appelée souchet sultan, amande de terre, gland de terre, noix tigrée ou pois sucré en raison de ses tubercules au goût légèrement sucré à saveur de noisette. Le souchet comestible est une plante vivace de 25 à 40 cm de haut, à feuilles minces (5 à 10 mm de large) et allongées, formant une petite touffe, à tige dressée, lisse, à section triangulaire. C'est une espèce qui aime l'humidité et qui pousse au bord de l'eau. Cette plante comestible n'est pas cultivée à grande échelle. Ses rhizomes jaunes forment de petits tubercules qui virent au brun-jaunâtre à maturité. Crus ou secs, ce sont ces derniers qui sont utilisés. Ils ont la forme et la taille d'une noisette. La plante est extrêmement difficile à enlever complètement des pelouses et jardins, où elle est parfois considérée comme une plante invasive3. Les tubercules sont reliés par des racines fragiles qui sont sujettes à claquer lorsqu'il est tiré, ce qui rend le système racinaire difficile à retirer intact. La plante peut se régénérer rapidement si un seul tubercule est laissé en place. De plus elle se propage rapidement par agochorie, les bulbes se collant à des véhicules ou des machines. Cette espèce est originaire du bassin méditerranéen. Elle a été naturalisée dans de nombreuses régions du monde (en Europe, Afrique, Amérique …). Les souchets servent à préparer une boisson rafraichissante sucrée, le lait ou orgeat de Souchet. En Afrique, où il est appelé "pois sucré" ou "tchoncon", il est généralement consommé frais ou sec. Les souchets sont utilisés comme un appât pour la carpe.




Souchet comestible (Cyperus esculentus)



Souchet comestible (Cyperus esculentus)



Tubercules secs vendus sur le marché de Banfora au Burkina Faso.


Plante alimentaire (strate herbacée), climat tempéré moyen
Mouron blanc, mouron des oiseaux, stellaire intermédiaire ou morgeline (Stellaria media)4
C’est une espèce de plantes annuelles de la famille des Caryophyllaceae, commune en Europe.

Elle peut faire office de plante bioindicatrice car sa présence est la signature d'un sol équilibré et fertile.

Ses graines sont très appréciées des oiseaux. La plante est comestible pour l'homme, on peut par exemple en faire une soupe1. Il s'agit aussi de l'une des meilleures salades sauvages : douce, pas amère et renfermant calcium, silice, magnésium, vitamine C. Au Japon, elle fait partie de la traditionnelle salade en début d'année : la salade aux 7 herbes (voir la fête du Nanakusa-no-sekku).




mouron blanc, mouron des oiseaux, stellaire intermédiaire ou morgeline (Stellaria media)








Plante alimentaire (strate herbacée), climat tempéré chaud, méditerranéen
Pourpier d’été, pourpier maraîcher ou porcelane (Portulaca oleracea)5
C’est une espèce de plantes aux tiges rampantes et ligneuses, souvent considérée comme une adventice, bien qu'elle soit cultivée pour l'alimentation et utilisée en phytothérapie. C'est une annuelle très commune dans les jardins et qui pousse de préférence dans les zones chaudes et en particulier dans le sud de la France. Le pourpier [ses feuilles riches en vitamine C] est largement consommé en Crète ; il fait partie du régime crétois. Pour la culture potagère, il existe une forme à grandes feuilles dont une variété à feuilles dorées. Il peut également être cuit dans une soupe ou une omelette. Le pourpier est laxatif, diurétique et bénéfique en cas d’irritation des muqueuses.

Selon François, il est à « dépiauter » sur place.

Le Pourpier, Pourpier maraîcher ou Porcelane (Portulaca oleracea)6 est une plante annuelle succulente, aux tiges rampantes, souvent considérée comme un adventice, bien qu'elle soit cultivée pour l'alimentation et utilisée en phytothérapie (famille des Portulacaceae). C'est une annuelle très commune dans les jardins et qui pousse de préférence dans les zones chaudes et en particulier dans le sud de la France. Largement utilisé dans les pays méditerranéens. Le pourpier est une plante annuelle, rameuse, couchée, s'étalant sur 10-30 cm. Ses tiges sont couchées ou dressées le plus souvent rougeâtres. Ses feuilles  obovales-oblongues et tiges sont charnues. Ses fleurs solitaires sont jaunes. Le fruit est une capsule ovoïde, s'ouvrant circulairement en travers contenant de nombreuses graines, noires et luisantes (comestibles). Le pourpier a une racine pivotante avec des racines secondaires fibreuses et est capable de tolérer les sols compactés, pauvres  et la sécheresse. Le pourpier est un bio-indicateur caractéristique des sols a) manquants d’air, le plus souvent à cause du compactage, b) carencés en calcium, c) à faible pouvoir de fixation (eau et éléments fertilisants) donc très secs en été. Le pourpier pousse dans toute la France et dans toutes les régions chaudes et tempérées de la Terre. On le trouve aussi bien en Europe qu'en Asie (Chine, Inde...), Amérique ou Australie. Il croit dans les friches thermophiles et dans les jardins. Habitats: champs, friches, bords de routes, terre cultivée et bord de mer. Il est sensible au gel. On le consomme comme un légume-feuille. Les jeunes tiges et feuilles de pourpier se consomment en salade, et leur goût légèrement acidulé donne une petite touche originale. Il peut également être cuit dans une soupe ou une omelette. Selon Stéphane Marie, semis de mai à août, exposition ensoleillée, sol ordinaire, sec, bien drainé. Cycle : annuelle. Soins : arroser régulièrement jusqu’à la levée. Il se plait partout au jardin où il se ressème de lui-même et finît par s’installer de lui-même et pour longtemps. Pas d’ennemi connu. Les fleurs sont hermaphrodites. Il est autofertile. Il ne peut pas grandir à l'ombre. Environ quarante variétés sont cultivées actuellement. Variétés : ‘Doré à large feuille’, pour ses feuilles larges, dorées, croquantes, charnues et sa saveur douce7. Comme plante compagne, le pourpier fournit la couverture du sol pour créer un microclimat humide pour les plantes voisines et stabiliser l'humidité du sol. Ses racines profondes apportent de l'humidité et de nutriments que les plantes peuvent utiliser et certaines, y compris le maïs, vont "suivre" les racines de pourpier à travers le sol dur qu’elles ne peuvent pas pénétrer, par elles-mêmes (facilitation écologique). Il est connu comme une mauvaise herbe bénéfique dans des endroits où il ne pousse pas déjà comme une plante cultivée. Le pourpier serait laxatif, diurétique et bénéfique en cas d’irritation des muqueuses. Il reste utilisé en phytothérapie dans le traitement préventif des troubles cardio-vasculaires, et, en usage externe, pour lutter contre les contractures musculaires. En République dominicaine, toutes les parties du Portulaca oleracea sont utilisés dans les traitements contre les parasites internes. La plante serait antibactérienne, antiscorbutique, dépurative, diurétique et fébrifuge. Les feuilles sont une riche source d'oméga-3.




Pourpier (Portulaca oleracea)



Salade grecque avec pourpier



Fleur de pourpier



Les gousses, fermées et ouvertes, révélant les graines.



Pourpier d'été (Portulaca oleracea)












Plante alimentaire (strate herbacée), climat tempéré moyen
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   27

similaire:

Cours de rédaction (inachevé) Commentaire iconCours de rédaction (inachevé) Commentaire
«côtes» charnues (pétiole et nervure principale développée des feuilles) consommées comme

Cours de rédaction (inachevé) Commentaire iconThèse d’exercice de médecine générale Saint Etienne Octobre 2011
«Freins à la vaccination tuberculinique» en cours (rédaction protocole en cours)

Cours de rédaction (inachevé) Commentaire iconCours et commentaire d’arrêt (durée : 2h) Partie I : Entreprises en difficulté

Cours de rédaction (inachevé) Commentaire iconCours de rédaction. Le sommaire

Cours de rédaction (inachevé) Commentaire iconPourquoi se former en conseil para ?
«haut de gamme» : illustrations soignées, pas de petits dessins ou graphisme infantilisant, vidéos, supports de cours, outils et...

Cours de rédaction (inachevé) Commentaire iconArticle en cours de rédaction. Soumission prévue pour La Revue gériatrique

Cours de rédaction (inachevé) Commentaire iconAttention : ceci est un cours qui emprunte la forme d’un commentaire...
«tragique effondrement des Muffat» à la fin du chapitre — d’une exclusion de la tonalité tragique

Cours de rédaction (inachevé) Commentaire iconAu cours de la rédaction, ne faites usage que de courtes phrases...
«Impact de l’élevage des cobayes sur la vie socio-économique de la population de Lukanga»

Cours de rédaction (inachevé) Commentaire iconCommentaire d’ordonnances

Cours de rédaction (inachevé) Commentaire iconAmiel P., «Les méthodes de recherche sur l'être humain», analyse...
«Les méthodes de recherche sur l'être humain», analyse et commentaire des avis n° 2, 32, 34 et 73 du ccne, in F. Vialla (dir), Les...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com