Le Programme Bien-être animal (bea) a été conçu à l’intention des producteurs à titre d’outil éducatif afin de leur permettre d’évaluer le bien-être de leurs animaux, indépendamment du système de production utilisé. Doublé d’un processus de vérifica





télécharger 230.95 Kb.
titreLe Programme Bien-être animal (bea) a été conçu à l’intention des producteurs à titre d’outil éducatif afin de leur permettre d’évaluer le bien-être de leurs animaux, indépendamment du système de production utilisé. Doublé d’un processus de vérifica
page1/4
date de publication21.04.2017
taille230.95 Kb.
typeLe programme
m.20-bal.com > droit > Le programme
  1   2   3   4








© 2010 Conseil canadien du porc

La reproduction d’un extrait quelconque du présent document à des fins personnelles est autorisée à condition d’en indiquer la source en entier. Toutefois, la reproduction de ce document en tout ou en partie à d’autres fins nécessite l’obtention préalable d’une autorisation écrite de la Conseil canadien du porc.

Pour en savoir plus sur le programme Bien-être animal (BEAMC*), veuillez écrire ou téléphoner au Conseil canadien du porc, dont les coordonnées sont indiquées plus bas.

BEAMC Program

Conseil canadien du porc

200, avenue Laurier ouest, bureau 900
Ottawa ON K1P 5E7
Téléphone : 613-236-9239
Télécopieur : 613-236-6658

Courriel : aqc@cpc-ccp.com Site Web : www.cpc-ccp.com

* BEA est une marque de commerce du Conseil canadien du porc



Table des matières
INTRODUCTION

PARTIE 1: GÉNÉRALITÉS

PRATIQUES D’ÉLEVAGE

FORMATION DU PERSONNEL

MANIPULATION

UTILISATION DU MATÉRIEL

CHARGEMENT DES PORCS POUR LE TRANSPORT

PORCS FRAGILISÉS

TRANSPORT DES PORCELETS EN SEVRAGE PRÉCOCE

INSTALLATIONS DE CHARGEMENT

TEMPÉRATURE ET VENTILATION DURANT LE TRANSPORT

TRANSPORT DES VERRATS ADULTES

SANTÉ ET CONFORT DES PORCS

EUTHANASIE

MORTALITÉ

INSTALLATIONS ET SUPERVISION

PARTIE 2 : TRUIES ET PORCELETS

PRATIQUES D’ÉLEVAGE

NUTRITION

EAU

ALIMENTS

ÉVALUATION DE L’ÉTAT DE CHAIR

CONFORT DES TRUIES ET DES PORCELETS

LOGES DE MISE BAS

LOGES DES GESTATIONS

LOGEMENT COLLECTIF (TRUIES EN GROUPES)

INSTALLATIONS ET SUPERVISION

TEMPÉRATURE

PARTIE 3 : PORCELETS SEVRÉS

PRATIQUES D’ÉLEVAGE

CONFORT DES PORCELETS SEVRÉS

NUTRITION

EAU

ALIMENTS

INSTALLATIONS ET SUPERVISION

TEMPÉRATURE

PARTIE 4 : PORCS D'ENGRAISSEMENT ET DE FINITION

PRATIQUES D’ÉLEVAGE

CONFORT DES PORCS

COMPORTEMENTS INDÉSIRABLES

NUTRITION

EAU

ALIMENTS

INSTALLATIONS ET SUPERVISION

TEMPÉRATURE

ANNEXE 1 :

NOMBRE DE PORCS À OBSERVER PAR SITE

ANNEXE 2 :

DOCUMENTATION À L’INTENTION DES PRODUCTEURS

Introduction:

Le Programme Bien-être animal (BEA) a été conçu à l’intention des producteurs à titre d’outil éducatif afin de leur permettre d’évaluer le bien-être de leurs animaux, indépendamment du système de production utilisé. Doublé d’un processus de vérification externe, le programme peut être utilisé afin de prouver que les animaux sont bien traités à la ferme. La mise en oeuvre d’un tel programme vous aidera à gérer l’ensemble des soins donnés aux animaux dans votre ferme et à apporter la preuve de vos pratiques aux clients.
Plusieurs systèmes sont utilisés pour l’élevage des porcs, dont l’élevage en bâtiment, le plus répandu au Canada, l’élevage en plein air et le système combiné bâtiment et plein air. Chacun d’eux comporte des avantages et des inconvénients pour les animaux. Toutefois, quel que soit le système utilisé, le bien-être des animaux dépend de la qualité des soins dispensés et de l’importance qu’on y apporte.
Les critères d’évaluation inclus dans ce nouveau programme font partie de divers codes recommandés, dont le Code de pratiques recommandées pour les soins et la manipulation des animaux de ferme — Porcs et ses documents complémentaires Ajout sevrage précoce et Transport. Nous conseillons aux producteurs de consulter ces documents lorsqu’ils remplissent le formulaire d’évaluation.
Démarche

Les pratiques d’élevage qui ont un effet sur la santé et le bien-être des porcs sont énumérées dans le Cahier le Bien-être animal (BEA) en production porcine. En répondant aux questions, le producteur sera à même d’évaluer le bien-être des animaux de son exploitation.
Ce programme s’inspire du programme AQCmd, car bon nombre des méthodes qui contribuent à la salubrité des aliments à la ferme sont également reconnues pour assurer le bien-être des animaux. Les questions touchant la santé et le bien-être des animaux sont donc d’une très grande importance. Ceux et celles qui adhèrent au programme BEA devront respecter les exigences relatives au programme AQCmd .
Lorsqu’il est fait référence, dans le document, à des procédures définies, cela signifie simplement qu'une démarche est associée à cette pratique et qu’elle a été formulée par écrit.


Les questions ombrées sont des exigences du programme.

Le présent document a été preparé par une équipe formée de producteurs, de représentants des producteurs et du gouvernement ainsi que de chercheurs. Il s’agit d’un document appelé à évoluer. À cet égard, le Conseil canadien du porc s’est engagé à prendre le leadership pour faire avancer les questions concernant le logement des truies, la taille de la queue, la castration et l’amélioration de l’environnement des porcs.

Partie 1: Généralités
Pratiques d’élevage

Quel que soit le système utilisé, la clé du succès réside dans la formation adéquate des préposés à l’élevage. Ces derniers côtoient les porcs de très près au cours d’une journée normale. Les animaux doivent parfois être immobilisés pour permettre une intervention médicale ou autre. Le niveau de stress ressenti par les porcs et leur comportement subséquent dépendent en partie de l’attitude des préposés à l’élevage au cours de ces interactions.

Dans le cadre d’études sur la manipulation des animaux, il est démontré que les porcs sont très sensibles au contact physique, même bref, avec les humains. Un contact désagréable rapide, même répétitif, rendra le porc craintif envers les humains.

Ces interactions ont aussi une influence sur les préposés et peuvent devenir une source de stress pour eux également. Ceci risque de nuire à leur rendement et de susciter une certaine insatisfaction professionnelle ou se répercuter sur la qualité des manipulations subséquentes.

Avant de travailler avec les porcs, les préposés à l’élevage devraient être renseignés sur les besoins de base des animaux confiés à leurs soins. La formation devrait comprendre l’examen du Code de pratiques recommandées pour les soins et la manipulation des animaux de ferme — Porcs, Ajout sevrage précoce et Transport. Il est recommandé aux producteurs d’établir une procédure définie écrite pour la gestion des divers aspects du bien-être des porcs, tels que l’alimentation, l’abreuvement, les traitements, les manipulations, etc., et de l’inclure dans le programme de formation des préposés à l'élevage.

L’attitude et la personnalité des préposés ont une forte influence sur leur comportement envers les animaux. La qualité des interactions influe non seulement sur le bien-être de l’animal, mais sur la production. Les porcs manipulés par des personnes attentionnées donnent un meilleur rendement. Les producteurs doivent comprendre la relation qui existe entre l’attitude et le comportement et ne former et recruter que des personnes affichant une attitude positive. Le préposé idéal :

  • aime les porcs;

  • comprend bien les besoins des porcs;

  • voit à satisfaire les besoins des porcs;

  • concrétise cette compréhension dans sa façon de traiter les porcs, en leur donnant des soins de grande qualité pour assurer leur santé et leur bien-être et optimiser leur rendement.


Formation du personnel

1) Disposez-vous d’un exemplaire du Code de pratiques recommandées
pour les soins et la manipulation des animaux de ferme
?

(Les participants doivent avoir accès aux codes correspondants à leur exploitation :
Code de pratiques recommandées pour les soins et la manipulation des animaux de ferme : Porcs, Ajout sevrage précoce et Transport).

Oui  Non 

2) Avez-vous en place un système de documentation qui garantit aux préposés à l’élevage l’accès à une formation sur la manipulation des animaux et qui précise que les employés ont reçu une telle formation?
Oui  Non 

     


Manipulation

Les porcs doivent être manipulés avec soin, douceur et patience. Un contact humain positif est important pour le bien-être et la productivité des animaux. Des études démontrent que la crainte des humains (qui se manifeste par l’éloignement ou la fuite des porcs) crée un état de stress chronique chez les porcs.

3) Vérifiez-vous toutes les semaines la façon dont les préposés à l’élevage interagissent avec les porcs confiés à leurs soins?
Oui  Non  S.O. 
4) Le contact humain avec les porcs se fait-il tous les jours de façon uniforme et positive?
Oui  Non 

Utilisation du materiel

Le déplacement des porcs, que ce soit d’un enclos à l’autre, de la porcherie au camion ou du camion à l’abattoir, peut être stressant pour les porcs et pour les préposés. Il faut faire preuve de patience et de bon sens pour faciliter les choses.

Règle générale, si on incite le porc de tête à entrer à l’endroit voulu, les autres suivront.

Certains outils, s’ils sont bien utilisés, peuvent aider à déplacer les porcs. Il est toutefois inacceptable d’en faire un mauvais usage. Les préposés doivent faire preuve de patience et de considération. Parfois, il vaut mieux arrêter ou reculer et attendre que le calme revienne.

Le bâton électrique ne doit être utilisé qu’en dernier recours. Il est inadmissible de l’utiliser

sur de très jeunes animaux et sur les animaux reproducteurs. Il est également inacceptable de l’utiliser sur des parties sensibles, comme le nez, les yeux, la vulve, l’anus et les testicules.

5) Quels sont les outils utilisés pour déplacer les porcs?


     


6) Les préposés à l’élevage ont-ils reçu une formation sur la façon d’utiliser le matériel servant à la manipulation des animaux?
Oui  Non 

Chargement des porcs pour le transport

Le chargement des porcs est stressant, puisque c’est peut-être la première fois que les porcs vivent cette situation. Pour les porcs, toute nouvelle situation représente un danger. Leurs réactions dépendront aussi de leurs expériences préalables et de facteurs génétiques.

Si les porcs n’ont jamais côtoyé les humains de façon régulière, ils résisteront aux tentatives de chargement. La façon d’éviter une telle situation consiste à familiariser progressivement les porcs en les faisant côtoyer régulièrement les préposés à l’élevage. Les animaux apprivoisés, qui sont habitués à côtoyer les humains, sont normalement moins stressés par la manipulation.

Toute personne participant à la manipulation et au transport des porcs devrait avoir reçu une formation de base sur le comportement des porcs et sur la façon de les manipuler. Le fait de manipuler les porcs prudemment et silencieusement au cours de toutes les étapes de la production contribuera à hausser la qualité de la viande.

Les préposés, désireux de s’informer sur la manutention de certains types de porcs comme les porcs non ambulatoires, les porcelets, les truies, les verrats, devraient pouvoir disposer, dans la porcherie, d’un matériel didactique.
7) Les porcs sont-ils déplacés sans risquer de tomber ou sans être forcés à franchir des portes?
Oui  Non 

Porcs fragilisés

Avant le transport, tous les porcs devraient être en bonne condition physique. Les animaux malades, blessés, handicapés, épuisés ou qui ne peuvent être déplacés sans aggraver leur état ne peuvent être transportés.

La réglementation fédérale interdit le chargement ou le transport de tout animal en mauvais état. Certaines provinces ont aussi promulgué leurs propres règlements et élaboré des recom­mandations. Veuillez consulter les documents, énumérés dans la liste des références, qui sont disponibles auprès des associations provinciales de producteurs de porcs, afin de déterminer les exigences qui s’appliquent dans votre province.
8) Votre transporteur adhère-t-il à un programme d’assurance de la qualité du transport?
Oui  Non 

Transport des porcelets en sevrage précoce

Les porcelets en sevrage précoce doivent être manipulés et transportés avec soin.

9) Les porcelets en sevrage précoce sont-ils transportés conformément aux recommandations de l’Ajout sevrage précoce?
Oui  Non  S.O. 
Installations de chargement

Si les installations de chargement sont bien conçues, le triage, le traitement et le chargement des porcs devraient s’effectuer facilement, rapidement et sans cruauté. Les installations devraient être conçues de manière à réduire l’agitation, la panique et les embouteillages afin de diminuer ainsi indirectement les problèmes cardiaques, les blessures physiques et les dommages à la viande (causés par les ecchymoses, la viande PSE et d’autres pertes).



10) La surface du plancher des rampes et des allées de chargement est-elle antidérapante? (Cela pourrait vouloir dire de fournir des copeaux de bois
ou de s’assurer que les planchers ont des rainures ou des lattes.)

Oui  Non 

11) Les couloirs et les rampes ont-ils des saillies pointues pouvant causer
des égratignures ou des blessures?


Oui  Non 
12) Les couloirs et les rampes ont-ils des courbes prononcées qui nuisent aux mouvements des porcs?
Oui  Non 
Les porcs ont en aversion les chargements et les déchargements, puisqu’il leur faut monter ou descendre les rampes. Le chargement des porcs peut être accompli plus facilement si les couloirs et les rampes ne comportent pas de virages serrés qui nuisent aux mouvements et peuvent causer des blessures aux porcs. Idéalement, un couloir de chargement et une rampe devraient être courbés, munis de parois solides, être bien éclairés et avoir un plancher plat. La rampe ne devrait pas avoir une pente supérieure à 20°. La hauteur des marches ne devrait pas être supérieure à 25 cm (10 pouces) pour les porcs de marché. Les porcs se déplaceront d’un endroit sombre à un endroit plus éclairé, mais ils ne bougeront pas s’ils sont aveuglés par la lumière. Ils refuseront d’entrer dans le camion si l’air souffle dans leur face.
13) La pente des rampes est-elle supérieure à 20°?
Oui  Non 
14) Les aires de chargement et les rampes sont-elles bien éclairées?
Oui  Non 
15) La densité des porcs dans le camion est-elle appropriée?
Oui  Non 

Température et ventilation durant le transport

Les porcs doivent être transportés à une température adéquate dans un milieu bien ventilé. Les porcs sont très sensibles aux températures extrêmes; durant le transport ils doivent donc être protégés du froid en hiver et de la chaleur en été. Lorsqu’il fait très chaud, on doit les asperger régulièrement avec de l’eau froide afin de réduire le stress.

Transport des verrats adultes

Déplacer et transporter les verrats adultes peut être dangereux pour les préposés et pour les animaux. S’il est nécessaire, l’enlèvement des défenses des verrats avant le transport doit se faire sans cruauté. Seules les deux défenses de la mâchoire inférieure devraient être enlevées, puisque ces dents sont utilisées pour combattre. Il faut s’assurer que les préposés à l’élevage ont reçu la formation nécessaire pour bien manipuler ces animaux. Veuillez consulter l’annexe 2 pour obtenir de plus amples renseignements.

Santé et confort des porcs

On devrait vérifier au moins deux fois par jour, sans nécessairement entrer dans les enclos, si les porcs montrent des signes de maladie, de blessure, d’inconfort thermique (trop froid ou trop chaud) ou d’un manque général de vigueur (croissance déficiente). Les vérifications doivent être plus fréquentes au cours des éclosions de maladie à risque élevé. Les porcs devraient être examinés lorsqu’ils se nourrissent pour vérifier leur comportement autour des mangeoires.

Les préposés à l’élevage doivent pouvoir reconnaître les comportements et autres signes indicateurs d’inconfort ou de maladie et connaître les mesures à prendre pour corriger la situation. Les porcs qui ne se lèvent pas ou qui ne semblent pas intéressés lorsque le temps arrive de se nourrir devraient être examinés de près. Veuillez consulter l’annexe 2 pour obtenir de plus amples renseignements sur les soins des animaux fragilisés.

16) Les préposés à l’élevage peuvent-ils reconnaître les comportements et autres signes d’inconfort ou de maladie?
Oui  Non 

On devrait s’occuper immédiatement des porcs malades, blessés ou affaiblis et les envoyer dans un parc d’isolement pour animaux malades. Chacune des catégories de porcs de l’exploitation devrait avoir accès à ce type d'installation dont le taux d’efficacité dépend de la rapidité d’intervention. Les porcs malades, blessés ou affaiblis doivent être relocalisés aussitôt que le personnel se rend compte que ces animaux requièrent une attention spéciale. Par exemple, tout animal qui montre un signe de boiterie est habituellement souffrant. La boiterie chez les porcs est signe de mauvaise santé et de malaise. L’arthrite, les abcès, les fractures et les ulcères sous-cutanés aux articulations sont des exemples de conditions qui peuvent entraîner des problèmes aux pattes. L’origine du problème doit être déterminée lorsqu’il y a une incidence élevée de boiterie. (Veuillez consulter la brochure sur le Transport des animaux fragilisés pour obtenir de plus amples renseignements sur la façon de reconnaître les mesures particulières à prendre en fonction des diverses conditions.)

On recommande aux producteurs d’établir une procédure définie écrite se rapportant à l’isolement et aux soins des porcs malades ou blessés.

17) Disposez-vous d’une procédure définie pour l’identification, les soins et
le traitement sans cruauté des porcs malades ou blessés?


Oui  Non 

     


Les parcs d’isolement (c’est-à-dire les infirmeries) doivent être exempts de courants d’air, chauffés et être conçus de façon à faciliter l’accès aux aliments et à l’eau afin de minimiser la compétition menant à des comportements agressifs et empêchant les porcs malades d’avoir accès aux aliments et à l’eau dont ils ont besoin. Les parcs d’isolement ou infirmeries doivent être nettoyés et désinfectés au besoin.Veuillez consulter les exigences du programme AQCmd à ce sujet.

18) Disposez-vous d’un endroit pour isoler et soigner les porcs qui nécessitent une attention spéciale (par exemple, un parc d’isolement ou une infirmerie)?


Oui  Non 
Euthanasie

Lorsqu’un porc se blesse gravement ou qu’il ne réagit pas au traitement administré, il doit être euthanasié sans cruauté. Veuillez consulter les brochures disponibles auprès des associations provinciales de producteurs de porc qui sont mentionnées à la fin du présent document.

19) Disposez-vous d’un plan d’action pour l’euthanasie qui prévoit des méthodes adéquates adaptées aux divers types de porcs ainsi qu'aux porcs de différentes tailles que l’on retrouve sur votre exploitation?


Oui  Non 

     

Mortalité

En cas de maladies rares et lorsque le taux de mortalité est élevé, le personnel de la porcherie doit effectuer une enquête. Chaque producteur doit établir ce qui constitue un taux de mortalité acceptable pour chacune des phases de la production. Tous les cas de mortalité devraient être inscrits dans un registre et le taux de mortalité devrait être examiné et évalué au moins deux fois par année.

20) Les cas de mortalité sont-ils inscrits tous les jours dans un registre et
font-ils l’objet d’une enquête lorsqu’ils dépassent les niveaux établis?

Oui  Non 

Installations et supervision

Tous les types de bâtiments doivent être conçus de façon à assurer le confort, la bonne santé, la croissance et le rendement des porcs à toutes les étapes de leur vie. Les bâtiments abritant les porcs doivent être bien isolés et ventilés. La ventilation et le chauffage doivent être vérifiés tous les jours pour maintenir un environnement confortable, en accordant une attention particulière à la température, à l’humidité relative, à la condensation, à la poussière et à l’ammoniac. Une procédure définie écrite pour l’entretien des systèmes de chauffage et de ventilation devrait être établie et connue par les membres du personnel.

21) Les systèmes de contrôle de la température et de la ventilation sont-ils
bien entretenus?



Oui  Non 

22) Disposez-vous d’un plan d’urgence dans chacune des installations en
cas de panne d’électricité?


Oui  Non 

     

Qualité d'air

Il faut maintenir la circulation de l’air au niveau des porcs dans l’aire de couchage des enclos au-dessous de 0,2 m/s (40 pi/min).

Les courants d’air se déplaçant aussi lentement que 0,25 m/s (50 pi/min) peuvent être détectés en se mouillant le dos de la main. Toutefois, lorsque la température réelle atteint presque ou dépasse l’échelle supérieure de la zone de confort, il pourrait être nécessaire d’accélérer la vitesse de l’air.

Lorsque la ventilation s’effectue à basse vitesse, le niveau de CO2 augmente ainsi que le taux d’ammoniac et de prolifération microbienne.

L’air frais devrait circuler constamment. La chaleur excessive, l’ammoniac et l’humidité devraient être contrôlées en changeant l’air. Une concentration d’ammoniac constamment supérieure à 25 ppm n’est pas acceptable pour la santé humaine et celle du porc.

23) Le niveau d’ammoniac est-il inférieur à 25 ppm?
Oui  Non 

Registre des niveaux d’ammoniac

Salle(s) de gestation :      

Salle(s) de mise bas :      

Pouponnière(s) :      

Porcs d’engraissement et porcs de finition :      
Éclairage

Les porcs ne doivent pas être gardés dans le noir en permanence, mais ils doivent avoir accès à la lumière naturelle ou artificielle. L’éclairage devrait être d’une intensité suffisante pour permettre de lire un journal ou ce document!
24) Les porcs ont-ils accès chaque jour à une source de lumière?
Oui  Non 

  1   2   3   4

similaire:

Le Programme Bien-être animal (bea) a été conçu à l’intention des producteurs à titre d’outil éducatif afin de leur permettre d’évaluer le bien-être de leurs animaux, indépendamment du système de production utilisé. Doublé d’un processus de vérifica iconL’homme doit-il se préoccuper du bien-être de l’animal ?

Le Programme Bien-être animal (bea) a été conçu à l’intention des producteurs à titre d’outil éducatif afin de leur permettre d’évaluer le bien-être de leurs animaux, indépendamment du système de production utilisé. Doublé d’un processus de vérifica iconDr Patrick chêne – Dr Catherine laurent l'Ostéopathie : une médecine...

Le Programme Bien-être animal (bea) a été conçu à l’intention des producteurs à titre d’outil éducatif afin de leur permettre d’évaluer le bien-être de leurs animaux, indépendamment du système de production utilisé. Doublé d’un processus de vérifica iconPathologies des collectivités et bien-être animal
«affective» que chacun peut définir selon sa sensibilité, souvent teintée d’anthropomorphisme. Une approche

Le Programme Bien-être animal (bea) a été conçu à l’intention des producteurs à titre d’outil éducatif afin de leur permettre d’évaluer le bien-être de leurs animaux, indépendamment du système de production utilisé. Doublé d’un processus de vérifica iconLe programme «Industrie du Futur»
«Industrie du Futur» porte sur la modernisation de l’outil et des procédés de production des pme et eti en vue notamment d’augmenter...

Le Programme Bien-être animal (bea) a été conçu à l’intention des producteurs à titre d’outil éducatif afin de leur permettre d’évaluer le bien-être de leurs animaux, indépendamment du système de production utilisé. Doublé d’un processus de vérifica iconCe questionnaire très complet a été élaboré afin de pouvoir évaluer...

Le Programme Bien-être animal (bea) a été conçu à l’intention des producteurs à titre d’outil éducatif afin de leur permettre d’évaluer le bien-être de leurs animaux, indépendamment du système de production utilisé. Doublé d’un processus de vérifica iconL’appareil photographique est bien plus qu’un simple outil, comme...

Le Programme Bien-être animal (bea) a été conçu à l’intention des producteurs à titre d’outil éducatif afin de leur permettre d’évaluer le bien-être de leurs animaux, indépendamment du système de production utilisé. Doublé d’un processus de vérifica iconC'est une science qui s'occupe des poisons ou toxiques, de leur origine,...
«je dis» ou «je dis bien» qui dégage de toutes responsabilités la personne exécutant l'ordonnance

Le Programme Bien-être animal (bea) a été conçu à l’intention des producteurs à titre d’outil éducatif afin de leur permettre d’évaluer le bien-être de leurs animaux, indépendamment du système de production utilisé. Doublé d’un processus de vérifica iconComplement de programmation objectif 2 2000-2006 Volet feoga g du docup préfecture de Région
...

Le Programme Bien-être animal (bea) a été conçu à l’intention des producteurs à titre d’outil éducatif afin de leur permettre d’évaluer le bien-être de leurs animaux, indépendamment du système de production utilisé. Doublé d’un processus de vérifica iconRésumé : La popularité de l’utilisation d’un environnement enrichi...

Le Programme Bien-être animal (bea) a été conçu à l’intention des producteurs à titre d’outil éducatif afin de leur permettre d’évaluer le bien-être de leurs animaux, indépendamment du système de production utilisé. Doublé d’un processus de vérifica iconRésumé Lorsque la production scientifique devient trop complexe et...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com