Cours de psychologie cognitive Morais





télécharger 247.38 Kb.
titreCours de psychologie cognitive Morais
page4/13
date de publication21.04.2017
taille247.38 Kb.
typeCours
m.20-bal.com > droit > Cours
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

Influence culturelle sur la perception et la cognition

2.3Expériences


Kitayama & al ont dit que des cultures différentes suscitent des modes de traitement cognitifs différents. Ainsi les Nord Américains seraient analytiques et field indépendant (indépendant du contexte) alros que les Asiatiques seraient holistiques et dépendant du contexte. Chaque mode de traitement a ses avantages et ses inconvénients.

    • XP1 : Ji & al : Tâche de Rod and Frame : Il faut placer une ligne sur le sol verticalement en ignorant l’inclinaison du cadre. Les résultats montrent que les Américains sont plus précise que les Chinois.

    • Pour Miyamoto et Kitayama, les sujets doivent émettre un jugement sur les autres et font un biais de jugement (erreur fondamentale d’attribution) dû à la prise en considération de la situation sociale spécifique dans laquelle se trouve et se comporte l’autre. Il y a donc une différence culturelle selon la prise en compte du contexte : les Occidentaux attribuent les évènements à des causes internes aux objets et aux évènements alors que les Asiatiques les attribuent au contexte et aux situations. Les Occidentaux tendent à utiliser la catégorisation et des règles dans le raisonnement alors que les Asiatiques utilisent des relations et des similarités. Ainsi, les occidentaux groupes selon des traits, les Asiatiques selon des relations mais ceci n’est pas une catégorisation perceptive mais une catégorisation sémantique, perceptuelle. Il y aurait des processus analogues pour les processus perceptifs et attentionnels.

    • XP2 : Kitayama & al :

      • Présentation d’un carré avec une ligne au milieu puis présentation d’un carré de même taille ou de taille différente. Le but est de placer la ligne soit en longueur absolue, soit en proportion avec le carré. Dans la tâche absolue, les sujets ignorent les deux carrés pour reproduire la même ligne et ne doivent donc pas faire attention au contexte  Américain > Japonais. Dans la tâche relative, les sujets doivent incorporer l’information sir la hauteur des carrés et donc utiliser le contexte  Japonais > Américain

      • On prend ensuite des Américains vivant au Japon (AJ) ou aux USA (AA) et des Japonais vivant soit au Japon (JJ) soit aux USA (JA) pour voir si l’immersion culturelle peut changer quelque chose ou non. Cependant cette expérience n’est pas symétrique car les instructions sont données en anglais pour tous les groupes vu que les Japonais vivant aux Usa le connaissaient et que les instructions ont aussi été données en anglais pour les Américains vivant au Japon. Les résultats montrent que l’immersion joue un rôle car il y a un renversement des résultats entre les JJ et les JA et surtout entre les AA et les AJ.

    • XP3 : Norenzayan & al : présentation d’un objet cible et le sujet doit dire dans quel groupe d’objet la cible ressemble le plus aux autres. Dans le groupe d’objet 1, il n’y a pas de traits communs à tous les éléments alors que dans le groupe 2, il y a la tige de la fleur qui est commune à tous. Il y a 3 groupes xp : Am/Europ., Am/Asiat et Est Asiat. Les résultats montrent que les Am/Europ. choisissent la règle et donc le groupe1 alors que les Am/Asiat et les Est Asiat choisissent la ressemblance, la famille et donc le groupe 2.

!!!! Il y a une contradiction entre l’xp2(2) et l’xp3 car les Am/Europ sont différents des Am/Asiat. Pour les compétences concernant la perception et l’attention, il y a des différences culturelles même si tous les résultats ne sont pas concordants.

    • XP4 : Abel et Hsu : L’utilisation de la technique projective, Rorschach, montre que des Chinois américains nés en Chine ont perçu cette tâche plus globalement que des Chinois nés aux USA qui sont plus focalisés sur les détails.

    • XP5 : Masuda et Nisbett : paradigme de cécité de répétition : Les américains ont détecté, dans des scènes, plus de changement dans les objets focaux saillants et les Japonais dans le champ et les relation entre objets.

    • XP6 : Chua & al :

      • Il y a des différences culturelles dans les mouvements oculaires : Dans une scène d’un tigre dans la jungle, les Américains ont regardé l’objet focal plus tôt et pendant plus longtemps que les Chinois qui eux ont fait plus de saccades en général et en particulier vers l’arrière fond. Ainsi, les Américains ont une attention plus focalisée et les Chinois plus distribuée dans la séquence.

      • Dans le rappel libre d’histoire sur des expériences personnelles ou d’autrui, les Américains ont plus souvent que les Taiwanais mentionné des évènement impliquant le personnage principal

    • XP7 : Masuda et Nisbett Dans une description de scène, les Japonais ont fait 60% de fois plus de référence au contexte que les Américains qui ont fait plus référence aux objets focaux. Dans un test de reconnaissance des objets avec manipulation du contexte, les Américains ne sont pas affectés par cette manipulation alors que les Japonais le sont quand le contexte est nouveau ce qui montre que pour eux l’objet et le champ sont un tout.

2.4Pourquoi ces différences ?


Il y a des différences dans la structure et les pratiques sociales (relation sociale plus indépendantes vs plus interdépendantes). Knight & al on t refait ce genre d’expérience avec des lettrés et des illettrés. Les résultats indiquent que les illettrés et les Asiatiques ont le m^me type de résultats alors que les lettrés se rapprochent des Américains. Ce n’est pas la même interprétation car il y a plusieurs facteurs qui rendent les gens +/- dépendant du contexte (culture, littéracie et scolarisation).

Au niveau linguistique et des mères parlant avec leur enfants : les anglais produisent plus de substantifs que les chinois (qui produisent eux plus de verbes) ce qui montre la différence entre l’objet et la relation de l’objet avec son champ. De plus, il semble que la perception initiale des enfants soit holistique (jusque 5 ans) puis les américains se focalisent sur des objets saillants.

Il y a des effets temporaires de la culture sur la perception : une expériences montrent que des étudiants chinois résidant à Hon Kong et ayant une double culture qui sont d’abord exposés à des icônes culturelles puis qui doivent faire une tâche d’attribution de causalité ont des résultats différents selon le type d’icônes. Ils parlent plus de contexte avec les icônes chinois et plus de l’acteur saillant avec des icônes américains.

    • Miyamoto analyse des photos et s’aperçoit que les environnements perceptifs japonais sont plus complexes et contiennent un plus grand nombre d’objets que les américains. Ceci créerait que l’exposition à un environnement japonais donnerait une détection de changement dans le champ
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

Cours de psychologie cognitive Morais iconJ. P. Leyens et J. L. Beauvoir (1997) L’ère de la cognition. Grenoble. Pug
«cognitive». C’est tout un courant en psychologie qui dépasse les sous disciplines. La psychologie sociale a toujours intégrée une...

Cours de psychologie cognitive Morais iconLa psychologie cognitive
«l’étude des processus mentaux impliqués dans l’acquisition et l’utilisation des connaissances humaines» (launay, 2004)

Cours de psychologie cognitive Morais iconPsychologie cognitive, sciences cognitives et théorie de l’information
«intelligent» capable de résoudre toutes sortes de problèmes logiques comme par exemple une addition où les chiffres ont été remplacés...

Cours de psychologie cognitive Morais iconCours : Introduction à la psychologie clinique
«Psychologie clinique» évoque autant une méthode qu'un domaine qui se confond pour une part avec celui de la psychopathologie (=...

Cours de psychologie cognitive Morais iconLa mémoire humaine – Psychologie expérimentale – Générale et cognitive
«à réactiver partiellement ou totalement» de façon véridique ou erroné les événements du passé. Vu sous cet angle, la mémoire est...

Cours de psychologie cognitive Morais iconDe la linguistique générale à la linguistique cognitive
«cognitive» (par différence avec la linguistique générale), et d’illustrer les collaborations interdisciplinaires dans lesquelles...

Cours de psychologie cognitive Morais iconMaster Professionnel de Psychologie Spécialité Psychopathologie et Psychologie clinique

Cours de psychologie cognitive Morais iconStanislas Dehaene est ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure...
«acalculiques» à perdre toute intuition du nombre. IL a également montré des homologies frappantes entre le traitement des nombres...

Cours de psychologie cognitive Morais iconCours de psychologie n°4
«plaire» désigne un produit sans action réelle que le médecin donne au malade pour lui plaire

Cours de psychologie cognitive Morais iconII/ Le champ disciplinaire de la psychologie
«psychologie» provient de deux mots grecques : psyche = âme; logia = science : science de l’âme (sciences humaines)





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
m.20-bal.com